Dans la littérature belge 2018

IMG_5572

 

  • ALLAUX, S., LESCH, W, CHRISTIANS, L.L. (eds), Le nouvel esprit du management.Interrogations interdisciplinaires sur la spiritualité en entreprise(RELIGIO), Presses universitaires de Louvain: Louvain-la-Neuve, 2018. 978-2-87558-651-3. 311 p.
  • BADDOUR, L., Synchronie entre neutralité du service public, principe de non-discrimination et liberté de religion. Analyse au départ de l’ordonnance du Tribunal du travail de Bruxelles rendue le 16 novembre 2015, Rev. dr. commun. 2018, liv. 3, pp. 4-26.
  • BEIJER, M., “Bescherming van het dierenwelzijn, de volksgezondheid of de godsdienstvrijheid? Het arrest Liga van Moskeeën over het ritueel slachten van dieren” (note sous C.J.U.E., 29/5/2018, Liga van Moskeeën en Islamitische Organisaties Provincie Antwerpen VZW e.a./Vlaamse Gewest), Nederlands tijdschrift voor Europees recht, 2018, n°7‑8.
  • BEN ACHOUR S., « Vers la fin de l’empêchement à héritage du conjoint non-musulman ? », J.L.M.B., 2018/20, pp. 940-943.
  • BONBLED, N., « L’égalité, la liberté de religion et les droits des minorités religieuses et philosophiques dans la jurisprudence constitutionnelle », in C. Romainville, M. Verdussen, N. Bonbled et St. Wattier (eds), Etat et religions, Anthemis, 2018, pp. 77-113.
  • BOURTON, F., « Le port de signes religieux à l’école : un voile d’incertitude », J.D.J., 2018/4, n° 374, pp. 5-6.
  • BRAEKEN, R., « Professeur de religion islamique – Suspension préventive et mesure disciplinaire – Arrêts n° 231.676 du 18 juin 2015 et n° 236.260 du 25 octobre 2016 », Scolanews, 2017, liv. 1, pp. 1-4.
  • BREMS, E., OUALD CHAIB, S. et VANHEES, K., “’Burkini’ bans in Belgian municipal swimming pools: Banning as a default option”, Netherlands Quarterly of Human Rights, 2018, pp. 1-20.
  • BUSSCHAERT, G., « Racist ‘liking’ on Facebook may justify dismissal for serious misconduct », European Employment Law Cases, 2018, n°4, pp. 25-27.
  • CHRISTIANS, L.L. , VANBELLINGEN, L., « Neutralités d’entreprise et neutralités d’Etat : tendances asymétriques en droit belge. In: Droit Social, Vol. 4, no.4, p. 337-342 (2018).
  • CHRISTIANS, L.L. ; Wattier, Stéphanie ; Vanbellingen, Léopold. Le fait religieux dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (2014-2016). In: Annuaire Droit et Religions, Vol. 2018, p. 337-385.
  • CHRISTIANS, L.L., « Désétatisation et religion : questions sur la globalisation des droits et des religions », in C. Romainville, M. Verdussen, N. Bonbled et St. Wattier (eds), Etat et religions, Anthemis, 2018, pp. 223-241.
  • CHRISTIANS, L.L., « Le bien-être spirituel en management. Approches juridiques ». In:  ALLAUX, S., LESCH, W CHRISTIANS, L.L. (eds), Le nouvel esprit du management. Interrogations interdisciplinaires sur la spiritualité en entreprise(RELIGIO), Presses universitaires de Louvain: Louvain-la-Neuve, 2018, pp. 35-71
  • CHRISTIANS, L.L.. « La liberté de conscience et de formes de vie dans la concurrence des systèmes nationaux Globalisation et proximité seconde dans la jurisprudence européenne des droits de l’homme ». In: Marie-Elodie Ancel, Louis d’Avout, Jose Carlos Fernandez – Rosas, Marie Goré, Jean-Michel Jude (eds), Le droit à l’épreuve des siècles et des frontières. Mélanges en l’honneur du Professeur Bertrand Ancel, LGDJ Iprolex: Paris Madrid, 2018, p. 413-430.
  • CLOOTS, E., « Het Hof van Justitie en de hoofddoek op het werk: Achbita en Bougnaoui. », T.O.R.B., 2017-2018/3, pp. 148-161.
  • DELGRANGE, X., « La Belgique francophone accouche douloureusement d’un cours de philosophie et de citoyenneté non désiré par tous », Revue du droit des religions, 2018, n°5, L’organisation religieuse, une entreprise comme une autre ?
  • DORSSEMONT, F., « Werknemer moet religieuze overtuiging van organisatie niet aanhangen » (note sous C.J.U.E., 17/4/2018, Vera Egenberger contre Evangelisches Werk für Diakonie und Entwicklung, C-414/16), De Juristenkrant, 2018, n° 369, p. 12.
  • DUMONT, H., « Etat et religions : conclusion », in C. Romainville, M. Verdussen, N. Bonbled et St. Wattier (eds), Etat et reeligions, Anthemis, 2018, pp. 241-260.
  • FARCY, A., « Licencié pour un « like » : entre devoir de loyauté et liberté d’expression du travailleur », J.L.M.B., 2018/14, pp. 646-650.
  • FOBLETS, M.-C., VELAERS, J., « Article 22. – Diversité culturelle, religieuse et linguistique » in Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Bruxelles, Bruylant, 2017, pp. 515-534.
  • FRANKEN, L., « Leren samenleven: levensbeschouwelijke vakken en symbolen op de openbare school in Vlaanderen en Quebec. », T.O.R.B., 2017-2018/3, pp. 162-173.
  • GATTI, M., « Régime d’aides d’État et exonération fiscale d’une école religieuse – CJUE, gde ch., 27 juin 2017, Congregación de Escuelas Pías Provincia Betania / Ayuntamiento de Getafe, aff. C-74/16 », L.E.A., 2017/3, p. 535.
  • HIMEUR, C.-M., Les contrats de la finance islamique, Bruxelles, Larcier Business, 2018.
  • JACQUEMART, G., « Port du voile : la Cour européenne de justice et la Cour de cassation se sont prononcées », Indic. soc., 2018, liv. 11, pp. 15-17.
  • KEFER, F. et Linguelet, R., « L’affaire Achbita c. G4S Secure Solutions : le suspense continue », J.L.M.B., 2018/3, pp. 122-129.
  • KEFER, P. WAUTELET, « La préférence discriminatoire d’une travailleuse à l’égard de la clientèle ou l’affaire Bougnaoui c. Micropole Univers inversée », in Paschalis Paschalidis, Jonathan Wildemeersch (eds), Liber amicorum Melchior Wathelet,, Larcier, 2018, pp.  495‑523.
  • LIEVENS, J. et VERNIMMEN, J., « Over goden, geboden en verboden – Levensbeschouwelijke diversiteit op school en het recht », T.J.K.,2018/2, pp. 201-216.
  • LOBIER, V., « La liberté d’expression musicale face au blasphème », Entertainment, 2018/2, pp. 100-113.
  • MODEL, S., « « L’unité dans la diversité » – Aperçu de l’organisation canonique de l’Église orthodoxe en Belgique », R.R.S., 2017/2, pp. 5-18.
  • MOHAMED ALI, A., « La politique de neutralité en entreprise : Le choc des libertés – Que doivent savoir les employeurs ? », BePax– Analyses, Août 2018.
  • NIHOUL, M., WATTIER, S., « L’interdiction de signes convictionnels comme limite à l’exercice des libertés. État des lieux au niveau communal », Rev. dr. commun., 2018, liv. 3, pp. 27-36.
  • OUALD-CHAIB, S., “Mensenrechtenhof veroordeelt België voor verbod op religieus hoofddeksel in rechtszaal”, Juristenkrant, 2018, liv. 375, p. 3.
  • OUALD-CHAIB, S., « Hamidovic c. Bosnie-Herzégovine : l’interdiction de couvre-chef religieux dans les prétoires viole l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme », Journal des Tribunaux, 2018/19, n° 6731, pp. 401-405.
  • OVERBEEKE, A., « Religie, van vreemde smetten vrij – Het weigeren van visa aan niet-Europese imams in niet-erkende moskeeën », R.R.S., 2017/2, p. 79-106.
  • ROMAINVILLE, C., « Les discriminations directes et indirectes à raison de la religion en droit belge et européen » in C. Romainville, M. Verdussen, N. Bonbled et St. Wattier (eds), Etat et religions, Anthemis, 2018, pp. 145-185.
  • ROMAINVILLE, C., VERDUSSEN, M., BONBLED, N. et WATTIER, St. (eds), Etat et religions, Anthemis, 2018.
  • TRIAILLE, L., « La détestable liberté d’expression de Fouad Belkacem devant les Hautes juridictions – Deux constructions jurisprudentielles pour la lui refuser »,Revue trimestrielle des droits de l’homme, 2018, n°115, pp. 729-759.
  • VAN BUNNEN L., « La contribution de la Cour de justice de l’Union européenne à la protection des droits de l’Homme et la question du port du voile islamique », R.C.J.B.,2018/1, pp. 91-112.
  • VAN DROOGHENBROECK, S. et KRENC, F., « Chronique de jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (1erjuillet – 31 décembre 2017) », Journal des Tribunaux, 2018, pp. 489-499.
  • VANBELLINGEN, L., « Religion, politique et loyauté à l’employeur », Commentaires de l’Observatoire juridique du fait religieux en Belgique (UCL), 10 mai 2018.
  • VRIELINK, J., LIEVENS, J., “Wanneer valt het doek voor het hoofddoekenverbod?”, De Juristenkrant, 2018, 365, p. 11.
  • WATTIER, St., « La Cour européenne des droits de l’homme valide la dissolution d’une fondation œuvrant pour la création d’un État fondé sur la charia« , Justice-en-ligne.be, 2018.
  • WATTIER, St., “Juridical Challenges of the Dialogue between the European Union and Religious and Non-confessional Organisations”, Quaderni di diritto e política ecclesiastica, 2017, Vol. 25, n°2, pp. 475-496.
  • WATTIER, St., « Entre sécularisation et retour du religieux : repenser les relations entre Etat et religions dans une Belgique paradoxale », in C. Romainville, M. Verdussen, N. Bonbled et St. Wattier (eds), Etat et religions, Anthemis, 2018, pp. 19-41
  • WATTIER, St., « La physionomie religieuse de la Belgique » in Les visages de l’État, Bruxelles, Bruylant, 2017, pp. 811-820.
  • WATTIER, St., « Le pastafarisme n’est pas une ‘religion’ », Commentaires de l’Observatoire juridique du fait religieux en Belgique (UCL), 17 septembre 2018.
  • WATTIER, St., « The ‘Added Value’ of the European Convention on Human Rights in the Ambit of Religious Freedom and Religious Autonomy in Belgian Constitutional Case Law », Revue interdisciplinaire d’études juridiques, 2017, Vol. 75, no.2, pp. 297-317.
  • X., « Campagne publicitaire, Foi chrétienne, Liberté d’expression », Obs. Bxl., 2018/2, n° 112, p. 80-81.


Le pastafarisme n’est pas une ‘religion’

5183

Mienke de Wilde, adepte du pastafarisme, portant la fameuse passoire prônée par l’Église du Monstre volant en spaghettis (source : https://www.theguardian.com/world/2018/aug/16/pastafarianism-is-not-a-religion-dutch-court-rules?CMP=Share_iOSApp_Other ; photographe : Piroschka van de Wouw/EPA).

Le pastafarisme n’est pas une religion au sens de la loi néerlandaise

En mai 2016, nous traitions de la situation du pastafarisme, lequel commençait alors à s’inviter dans le débat public belge[1]. A cette occasion, nous rappelions que ce n’est pas l’aspect quelque peu comique que peut sembler recouvrir cette pratique qui pose question mais bien celle de la prise au sérieux du pastafarianisme comme religion, notamment avec les droits et obligations qui y sont attachés.

C’est à cette question qu’a dû répondre récemment la justice néerlandaise. En effet, une étudiante en droit adepte du pastafarisme se plaignait du refus de la part des autorités qu’elle figure avec une passoire sur la tête sur la photo d’identité de son passeport.

A cet égard, l’on notera que, selon le site officiel de l’Église du Monstre volant en spaghettis (MVS), pour devenir pastafarien, il n’y a aucune condition à remplir, ni aucune cérémonie à suivre ; il suffit de le vouloir. Le site insiste également sur le fait que les vrais pastafariens n’abandonnent pas quand on leur rétorque qu’ils ne sont pas adeptes d’une « vraie » religion et il invite les adeptes à porter une passoire sur leur tête.

Le pastafarisme a été créé en 2005 par un étudiant américain et porte en dérision une série de pratiques religieuses. Néanmoins, il est reconnu dans certains pays comme la Nouvelle-Zélande où le premier mariage pastafarien a d’ailleurs été célébré en 2015. Par ailleurs, dans certains pays, des requérants ont gagné leur bataille juridique engagée pour le port de la passoire sur leur photo d’identité. Ce fut notamment le cas du Tchèque Lukas Novy en 2013. En outre, en 2014, Christopher Schaeffer fut le premier homme politique américain à prêter serment en portant une passoire sur la tête devant le Conseil de la ville de New York.

Dans le cas d’espèce, l’étudiante hollandaise qui réclamait pouvoir figurer avec une passoire sur sa tête sur son passeport a été déboutée par le Conseil d’Etat ce 16 août dernier. Selon la Haute juridiction, le pastafarisme est une satire et elle rappelle, dans son arrêt, l’importance de la liberté d’expression des critiques satiriques à l’égard des religions et de leurs dogmes. Néanmoins, selon le Conseil d’Etat néerlandais, le pastafarisme ne consiste aucunement une religion sérieuse, ce qui fait que la requérante ne peut prétendre porter de passoire sur la photo d’identité de son passeport[2].

La requérante déboutée a annoncé ne pas vouloir en rester là et elle envisage de saisir la Cour européenne des droits de l’homme. Pour l’instant, cette dernière n’a encore rendu aucun arrêt en la matière. Néanmoins, il y a fort à parier pour qu’elle rejette également le recours de la requérante pastafarienne puisque dans sa jurisprudence constante, la Cour de Strasbourg estime que « tel qu’il est garanti par l’article 9 de la Convention, le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ne vaut certes que pour les convictions qui atteignent un degré suffisant de force, de sérieux, de cohérence et d’importance »[3].

Stéphanie Wattier
Chargée de cours à l’Université de Namur
Chercheuse associée à la Chaire de droit des religions de l’UCLouvain


[1]L.-L. Christians, « Le test pastafarian », Blog OJUREL, 2016, disponible sur : http://ojurel.be/2016/05/09/le-test-pastafarian/

[2]https://www.ad.nl/binnenland/mienke-krijgt-haar-zin-niet-pastafarisme-is-geen-godsdienst~a3ebd386/

[3]Voy. entre beaucoup d’autres : Cour eur. D.H. (GC), arrêt İzzettin Doğan et autres c. Turquiedu 26 avril 2016, § 68.



12345...83

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus